fallas

Las Fallas de Valencia 2004

 

          

Pour la deuxième année consécutive, j’ai pu revivre les Fallas, durant 1 semaine, accompagné d’amis, au cœur d’une ville en feu.

 

Cette fois encore, le bruit, la lumière, les couleurs, tout était au rendez vous pour nous émerveiller; armés des traditionnels pétards (truenos de mecha), nous avons assisté aux castillos et masclettas, qui ont fait trembler le sol de Valence, sous l’œil attentif des dieux de la pyrotechnie.   

L’année dernière, ma rubrique « Fallas » 2003 ne contenait que quelques photos et textes présentant toute la démesure de cette gigantesque fête restée culte, je vous invite cette fois-ci à regarder quelques vidéos : castillos, mascletas, pétarades, comme vous n’en n'aviez jamais vu.

 

Notre stock de pétards

J'ai passé une commande de 3000 pétards (Masclet n°3), que nous allions diviser entre les Freaks (voir lien sites externes) et notre équipe.

Sur cette photo, nos 144 boites que j'ai transportées en taxi à Valence!

 

 

 

 

 

 

 

 

Videos (clic-droit et enregistrer la cible sous)

(il est interdit en France de jouer sur des lieux publics avec des articles pyrotechniques, ces vidéos rentrent dans le contexte d'une fête bien précise et ne servent en aucun cas d'exemple, cette pratique est dangereuse et illicite sans autorisation. NB: Aucun lieu n'a subi de dégradation quelle qu'elle soit !

Truenos1 (2,10 MO)

Notre Fallera donne le top de notre mini mascleta, dans une minuscule ruelle comme nous les aimons. l'allumage mal synchronisé a failli coûter le tympan à l'un d'entre nous..

 

Truenos2 (1,60 MO)

Devant les entrées de garages, nous réalisons une mini mascleta version française, avec nos pétards pleins les poches, le son est parfait !

 

 

Truenos3 (1,72 MO)

J'ai remêché avec du Bickford un mini tube "final déto", retrouvé non éclaté sur les lieux du castillo. Le groupe persuadé d'un raté pendant la combustion scintillante fut agréablement surpris, provoquant le fou rire.

 

Truenos4 (1,10 MO)

Le meilleur son, s'obtient sans conteste dans cette petite cage d'escalier, qui renvoie toute la puissance du Trueno. 

 

 

Truenos5 (854 KO)

Avant de confier un pétard (plutôt puissant) à une demoiselle, pensez à la prévenir qu'elle a entre ses mains un tube rempli de matière explosive...

 

 

Masclet sauvage sous le pont (4,28 MO)

Un marron de terre dont nous ne dévoilerons pas le secret. Attention il est strictement interdit de fabriquer soit même des artifices ! (Ne pas tenter de reproduire)

 

Fallera (2,29 MO)

A 14 h tapante, avant chaque mascleta, la "Fallera mayor" donne le coup d'envoi aux artificiers depuis le balcon de la mairie, après le traditionnel hymne Faller, repris en chœur de façon émouvante, par les milliers de Valencianos.

 

Mascleta Vicente (9,11 MO)

Le dernier instant qu'on appelle "tremblement de terre". Sous les rayons du soleil, Vicente Caballer a offert à mon sens la plus belle mascleta, changeant le temps du beau à l'orage, avec une maîtrise impeccable des rythmes.

 

Mascleta Turis (3 MO)

Le tremblement de terre par Turis. Nous étions placés à merveille pour apprécier les salves de masclets et de pots à feu au milieu des palmiers.

Salve Antonio (3,45 MO)

Un de mes coups de cœur : Antonio Caballer tire une superbe salve de troncs palmiers, en mêlant avec discrétion pas moins de 10 bombes multimarrons (probablement cylindriques)...Il en résulte une pluie de diamants détonants jusqu'au sol ! 

 

Saule pleureur final détos (3,55 MO)

Sans aucun doute, mon véritable coup de cœur se trouve dans cette petite mais sublime envolée de 4 bombes, du jamais vu: Vicente présente des "saules pleureurs à changement rouge et multimarrons", un grand moment de surprise, détonant !

 

Rafales Vicente (9,23 MO)

Vicente Caballer a choisi l'originalité pour terminer son castillo, avec la plus belle des démonstrations de rafales : De magnifiques comètes et pots à feux montés sur un système équivalent au Pyrodigital, ont capté l'attention du public.

 

Final castillo par Antonio (7,54 MO)

Il m'est impossible de ne pas présenter au moins les 40 dernières secondes d'un castillo, voici celui d'Antonio Caballer. Chaque soir nous en vîmes un nouveau, toujours un peu plus gros, mais tous étaient remplis de la même magie.

 

Crema infantil (2,18 MO)

Le dernier soir s'appelle la Crema, la tradition veut que l'on brûle toutes les Fallas qui se trouvent sur chaque place de Valence, voici la Crema d'une petite Falla pour enfants.

 

Crema infantil diable (2,49 MO)

Pour la Crema, les fallas sont équipées d'artifices et arrosées de combustible, et tout cela se déroule sous les yeux du public.

 

mascleta nocturne Ricardo (5,34 MO)

On termine par une dernière mascleta nocturne et toute en couleurs, orchestrée par le maître artificier Ricardo Caballer, avant d'enflammer l'ultime grande Falla sur la place de la mairie. à quelques dizaines de mètres du public, les marrons d'airs et les bombes de 100 mm font trembler le sol sous un déluge de comètes sublimes.

 

Crema ultime (9,33 MO)

Quand la mascleta se termine, la Fallera Mayor, émue, souvent larmes aux yeux, allume la dernière mèche qui enflamme la grande Falla, sous les feux de Ricardo, la ville chante en choeur l'hymne de la crema, c'est la fin des Fallas, chaque carrefour de la ville est en feu, Valence fête la St Joseph sous une énorme pluie de braises.

 

Retour